HORS DES SENTIERS BATTUS

Pour suivre Jésus, entrer dans notre appel et marcher en dehors des sentiers battus, il nous faut du courage, mes sœurs, de la détermination et surtout avoir réalisé de quel Amour nous sommes aimées.

J’aime l’histoire de Matthieu. Les détails qui nous sont rapportés. On s’y croirait !

« Suis-moi ! Matthieu se leva et le suivit ». Matthieu 9 :9
C’est précis, net, sans équivoque… Un ordre plus qu’une supplique ou une invitation. Jésus n’est même pas poli !
Et Matthieu sobrement relate la suite : il se lève, quitte son poste, son travail, sa position sociale, son influence, ses habitudes, sa vie… Pour quoi ?
Pour LE suivre !
De leader, il se retrouve « suiveur » dans un royaume dont il ignore encore les règles. Il décroche une promotion à l’envers. En s’humiliant devant les hommes, en acceptant de tout désapprendre et d’apprendre.
Jésus prend ses aises.
Et Matthieu le fait entrer chez lui, dans son intimité. Jésus amène aussi ses disciples. Matthieu n’a pas changé toutes ses habitudes, il a les mêmes amis. Des pêcheurs notoires, des hommes d’affaire véreux, des femmes à la vie déréglée : des gens un peu glauques… Et Jésus de boire et de manger avec eux….

QUI VOULONS-NOUS SUIVRE ?

Il existe aussi un autre groupe qui se tient en marge..
Ils se tiennent là en « observateurs » pour jauger, décrypter, soupeser, juger et finalement condamner. Interpellés dans leurs habitudes et leur théologie par la scène qui se déroule sous leurs yeux, ils se replient dans une attitude passive-agressive.
Mais au lieu d’interpeller directement Jésus, ils s’adressent à ses disciples…. Comme si les disciples pouvaient parler à la place de leur maître !!! Mais Jésus les a entendus et il répond.
Oui, Jésus entend toutes les questions, même les plus captieuses et les plus malhonnêtes et il donne SA réponse.
« Faire preuve d’amour plutôt que d’offrir des sacrifices » : Je suis venu pour sauver les pêcheurs.
Puis Jésus parle de vieux tissus rapiécés, de vieilles outres rompus et de nouvelles outres remplies de vin nouveau…
Les pharisiens entendent-ils seulement ?
Ensuite, il part chez le chef de la synagogue pour ressusciter une enfant. En route, il guérit une femme impure. L’amour en action. Puis il rencontre deux aveugles en chemin et les guérit…enfin, il délivre un homme du démon qui l’oppressait.
En ce jour, la parole d’Esaie 61 s’est accomplie. Des hommes et femmes ont été restaurés, guéris, délivrés.
Et pendant ce temps, la petite troupe des pharisiens suit à distance. ‘C’est par le prince des démons qu’il chasse les démons ! ».
Ils ont toujours réponse à tout !
Sous leurs yeux, ils ont la miséricorde de Dieu en action, mais aveugles à la détresse des hommes, aveugles à la bonté de Dieu, aveugles à leur propre péché, ils persistent et signent.
Aucune prédication, aucune manifestation de la grâce divine n’a touché leur cœur. Enfermés dans leur morale religieuse et leurs préjugés, ils ont rendu leur cœur aussi dur que la pierre du temple.
Dans un autre passage de l’Evangile de Matthieu, au chapitre 15, Jésus donne un judicieux conseil à ses disciples, concernant les pharisiens.
« Laissez-les ! »
Encore un ordre ! Se séparer pour suivre Jésus, se séparer du péché certes, mais se séparer surtout du plus grand des péchés, l’orgueil spirituel.
Traquer le levain des pharisiens. L’éliminer impitoyablement de nos maisons – suivant ainsi l’exemple des juifs qui se préparaient pour la PAQUE.

UN APPEL ET UN PRIX ELEVE 

Le chapitre 9 de Matthieu se clôt sur un appel.
« Il y a peu d’ouvriers dans la moisson, priez donc le Maître d’envoyer des ouvriers dans sa moisson ».

Jésus a d’autres chats à fouetter que de s’occuper des pharisiens.
Il voit la moisson blanchir et il cherche des compagnons, des partenaires, des amis prêts à le suivre. La passion de Jésus pour les pêcheurs est communicative. Et la tâche est immense.
L’amour de Jésus l’a conduit à la croix. C’est la porte pour rentrer dans sa moisson.
Alors levons-nous, suivons-le, embrassons Sa vision. Et prions, oui, prions, pour que les ouvrières se lèvent encore plus nombreuses sur la place pubique des médias.

Que le Seigneur nous aide à quitter nos positions de repris. A renoncer à la “crainte des hommes” et au jugement des religieux.

“Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun.” Colossiens 4:6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page