La joie d’écrire. Partie 1.

Comprendre notre destinée pour avancer.

“Toi, mon ennemie, ne te réjouis point sur moi ; si je suis tombée, je me relèverai; si j’ai été gisante dans les ténèbres, l’Eternel m’éclairera“. Michée : 7 v. 8

Essayez encore; Ne baissez pas les bras.

Il faut seulement comprendre pour quelle raison on doit se battre, pour qui. Trouver découvrir la la raison de notre vie, de manière précise. Le « why », qui nous permettra de saisir fermement la main de Dieu et de poursuivre notre route, de choisir notre destinée sous son regard et dans sa Crainte.

“La langue du juste est un argent de choix” – Proverbes 10 :20

Je n’abandonnerai pas mais je ne dévoierai pas mon appel non plus.
Il ne s’agit de pas de dire ou de faire n’importe quoi, d’écrire pour écrire, pour accumuler des “like” et avoir des amis qui n’en sont pas vraiment, des flatteurs, une cour…
Il faut parler et écrire parce qu’on a un message à transmettre, une histoire à raconter, une véritable histoire, pas une “fable”.

Un désir de créativité et d’authenticité qui enfonce les barrières.

Ce message, cette histoire peuvent prendre des formes inattendues; Nul n’est besoin de se couler dans le moule des “bien-pensants”, d’adopter des formules, de faire du jeunisme. Etre soi, être vrai, dire ce qui nous brûle, par amour pour notre prochain, par amour pour soi pour accomplir, pour s’accomplir et par amour pour notre Seigneur qui nous veut telles que nous sommes. .

Si je n’ai rien à dire, je vais me taire et réfléchir.

« Prends garde à ton pied, lorsque tu entres dans la maison de Dieu; approche-toi pour écouter, plutôt que pour offrir le sacrifice des insensés, car ils ne savent pas qu’ils font mal. Ne te presse pas d’ouvrir la bouche, et que ton cour ne se hâte pas d’exprimer une parole devant Dieu; car Dieu est au ciel, et toi sur la terre: que tes paroles soient donc peu nombreuses. Car, si les songes naissent de la multitude des occupations, la voix de l’insensé se fait entendre dans la multitude des paroles.… » Ecclésiaste 5 / v 1 à 3

Si j’ai un message utile et important, je trouverai les moyens de le faire passer. Je ne me hâterai pas. Je passerai au-dessus des conventions, des peurs, des rejets, des jugements des autres, du scepticisme ambiant.

Ecrire son histoire fait parfois très mal.

Ce n’est pas une partie de plaisir tous les jours. Il faut regarder plus loin que le train-train quotidien, mettre du temps à part. Passer cet instant éprouvant où le cœur s’emballe, où la vue de trouble face à l’écran blanc et vide. Où l’on voudrait tout lâcher. Résister à la voix intérieure, doucereuse puis cruelle, qui vous harcèle, et murmure à nos oreilles : « Pour qui te prends-tu ? Tais-toi ! A quoi bon, tout ça ! »

S’élever au-dessus des tracas quotidiens.

Récemment, une jeune femme m’a annoncé qu’elle jetait l’éponge ; elle vit une période difficile et les incertitudes liées à son avenir représentent pour elle un obstacle. Elle ne se sent plus la force de continuer à corriger ce qu’elle a couché sur le papier. Et pourtant, Dieu l’attend là. Ecrire n’a rien à voir avec le bonheur et la sérénité. C’est une vision, un besoin, une nécessité. Rien ne vous empêche d’écrire sur vos souffrances. D’ailleurs, outre la valeur thérapeutique de l’écriture, ces lignes accouchées dans les larmes pourraient se transformer , des mois ou des années plus tard en éléments puissants pour vous permettre d’écrire votre témoignage ou un message vibrant et criant de vérité.

Recevoir la semence de la créativité dans un esprit préparé et un cœur assaini.

« D’autres reçoivent la semence parmi les épines; ce sont ceux qui entendent la parole,19mais en qui les soucis du siècle, la séduction des richesses et l’invasion des autres convoitises, étouffent la parole, et la rendent infructueuse. D’autres reçoivent la semence dans la bonne terre; ce sont ceux qui entendent la parole, la reçoivent, et portent du fruit, trente, soixante, et cent pour un. » Marc 4 : 19

Qu’il s’agisse d’une contribution sur Facebook, d’un article sur notre blog, d’une intervention pour le groupe de jeunes ou le groupe de femmes, d’une prédication, nous devons réaliser que la créativité vient de Dieu. Se mettre à l’écoute du Saint-Esprit est donc un préalable. Cela ne veut pas dire que nous serons téléguidés comme des marionnettes mais que nous développerons la capacité de trier de qui est important et futile, urgent et vital. Ecouter le Saint-Esprit nous permettra de choisir le mot juste pour exprimer notre pensée et d’écrire dans un bon esprit.

Différer le plaisir et la récompense immédiate.

Créer ne rapporte pas toujours illico-presto. Nos mots, jetés pendant une nuit d’insomnie ou “saignés” – comme disait Hemingway, sont une semence. De vie et de mort. Quand j’écris parce que je suis en colère, je meurs au désir de me venger. Quand je recopie un verset qui m’inspire ou me corrige, je meurs à ma propre vision des choses. Quand je laisse un post sur Facebook, je prends un risque. Il sera peut-être ignoré. Qu’importe !
Par définition, le public d’internet est volatile. Chérissez vos lecteurs. Donnez-leur le meilleur de vous-même mais ne tombez pas dans le perfectionnisme. Ceux qui s’intéressent à votre message passeront sur une imperfection s’ils sentent que vous êtes sincères et que vous les respectez.

N’abandonnez pas avant d’avoir commencé !

“Jette- ton pain à la surface des eaux et avec le temps, tu le retrouveras”. Ecclésiaste 11 : 1

Vous êtes plusieurs amies à m’avoir fait part de votre désir d’écrire. Je sais que vous êtes sincères. Laissez grandir ce désir en vous jusqu’à ce qu’il vous surpasse, qu’il vous emporte, qu’il vous contraigne à utiliser votre clavier ou votre stylo.

Jetez votre pain à la surface de l’eau. N’attendez pas demain, car demain apportera encore sa part d’incertitude, de désillusion ou d’obstacles.

Vous vous reconnaîtrez. Déjà, vous savez.

La Vie est en vous et ne demande qu’à jaillir.

« Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein comme dit l’écriture.» Jean 7:38

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page