Rss

Méditation : le feu et la bougie.

Petite flamme de mon coeur,

Lumière fragile, exposée au souffle du Puissant

qui la ranime patiemment.

Humeurs changeantes, vents violents

Pluies battantes, soleils couchants.

Petite flamme de mon coeur,

Brille éternellement !

Les mains du Vivant te protègent

Et quand tu deviens si faible que je m’écris :

“Tout est fini !”

Une langue de feu se rapproche

pour te donner sa Vie.

“Alors que nous étions encore sans force, Christ est mort”

Qu’aurais-je à ajouter sinon “Merci” !

La flamme trace son sillon au creux de la bougie.

Le coeur de cire se réchauffe, se liquéfie…

Quel pouvoir que le tien, petite flamme !

“Ma chair peut se consumer…”

Baptisée de feu, fondue.

 

Hier, tu étais forte et vigoureuse. Tu te tordais, tu virevoltais

mais ce matin, ton éclat humble, régulier

dispense une douce chaleur.

Je dois m’approcher plus près pour sentir

l’effet de la flamme.

M’approcher plus près du coeur du Seigneur.

“Il n’éteint pas le lumignon qui fume”. 

 

A chaque aube naissante,

Quand les lumières de la ville fière  s’éteignent une à une,

Alors que je m’approche de la Lumière du monde,

je me penche sur toi, bougie ronde.

Et je t’éveille pour un temps.

Plongée parfaite dans le coeur de mon Amant !

 

Annie MOULIN-STEFFEN

jeudi 19 janvier 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *